Service client au 03 89 44 24 27 - contact@feminin-maternel.com

Livraison GRATUITE en France à partir de 50,00€ d'achat

Comment soigner une crevasse naturellement ?

Publié par Katia Roth le

Comment soigner une crevasse naturellement ?

Les crevasses douloureuses font souffrir les mamans allaitantes. Mettre bébé au sein devient parfois un vrai calvaire. Avec ou sans saignement, la crevasse peut être profonde ou superficielle. Cette fissure du mamelon est généralement le résultat d’une mauvaise prise en bouche du sein par le bébé. En effet, la crevasse est la conséquence d’un étirement du mamelon qui, à force d’être malmené, se blesse.

Avoir mal au début de l’allaitement, est-ce normal ?

Les premiers jours d’allaitement, pour les premières mises au sein, l’inconfort existe. Le colostrum est un liquide épais et la succion du bébé est puissante. Sans être réellement une douleur, la maman peut ressentir une gêne. Ces désagréments ne doivent pas durer. En effet, lors de la montée de lait, l’allaitement doit être bien installé sans souffrance ni douleur quelconque. La sensibilité des seins et des mamelons est normale, mais elle ne doit pas s’installer en tant que douleur.

Une douleur à chaque mise au sein n’est pas normale.

Dire que l’allaitement maternel fait mal est faux. Il ne faut pas véhiculer de telles croyances auprès des mères. Si la sensibilité du début d’allaitement perdure ou se transforme en douleur, c’est que quelque chose ne va pas.

Peut-être votre nourrisson ne positionne-t-il pas bien sa langue ? Saviez-vous qu’une mauvaise position est bien souvent la cause des douleurs. Revoyez également votre position.

N’attendez pas sans rien faire, en espérant que la situation se rétablisse seule. Cela ne sera pas le cas. En effet, le sein risque de s’engorger. Si votre sein devient tendu, votre bébé aura encore plus de difficulté à attraper le mamelon correctement.

Une crevasse est une plaie, porte ouverte aux microbes. Dès lors, une crevasse non soignée est le siège de problèmes plus graves comme une mastite ou une lymphangite.

Faites attention !

Comment soigner une crevasse ?

Premièrement, distinguez la gerçure d’une crevasse. Quand la première pousse le sein à se transformer en petite framboise rouge, avec de sillons visibles, la crevasse est une plaie bien marquée. Telle une coupure, la crevasse fait mal. Les gerçures sont également douloureuses, mais les conséquences sont bien moins graves.

Avant de faire un diagnostic physiologique (frein de langue, palais creux, etc.), ne tentez pas de mettre en place un bout de sein en silicone pour faciliter la mise au sein. En effet, ça ne peut pas aider avant de savoir pourquoi ça ne va pas. Certaines mamans passent au tire-lait le temps de soulager la crevasse. Si vous avez besoin de conseils, consultez une consultante en lactation pour faire le point sur votre situation.

  1. Les tétons doivent rester au sec

Pour éviter les crevasses, évitez le milieu humide. La macération provoquée par l’humidité donne une sensation d’inconfort, pouvant être confondue avec une mycose. Seules quelques gouttes de colostrum après les tétées sont autorisées, car le colostrum agit comme une crème. De plus, saviez-vous qu’une peau trop humide devenait friable ? Ce sont des environnements propices aux crevasses.

Concernant les compresses de lait maternel, très recommandées, elles peuvent être testées pour une période maximale de 24 h. S’il n’y a aucune amélioration passée ce délai, arrêtez cette méthode.

  1. Le nettoyage des mamelons

Nettoyez vos seins à l’eau et au savon deux fois par jour.

Si les mamelons sont crevassés, le nettoyage complet empêchera une macération, source de germes. Lavez-vous bien les mains avant. Uniquement à l’eau et au savon. Évitez les gels Hydro alcooliques, ils dessèchent la peau. De plus, ils sont des perturbateurs endocriniens puissants et peuvent dérégler votre système hormonal.

Si vous êtes absente de chez vous, préférez passer le mamelon au sérum physiologique, car il a la même concentration moléculaire que le plasma sanguin. De plus, le sérum est doux et respectueux pour la peau.

  1. Les traitements par des crèmes

Certaines crèmes sont spécialement conçues pour protéger et apaiser les mamelons. Elles protègent les terminaisons nerveuses. N’utilisez surtout jamais de lanoline, pommade onctueuse, sur le long terme, surtout si vous êtes sous traitement antibiotique.

Les crèmes que je vous recommande :

 

  1. Les compresses hydrogels

Tout comme les coquilles en argent Silvercap, les compresses hydrogels accélèrent la cicatrisation tout en laissant respirer la plaie. Confortables, elles créent un petit coussinet doux et protecteur des mamelons. Leur utilisation empêche les frottements, favorisant alors une réparation plus rapide du sein.

Les compresses Ameda peuvent s’utiliser 6 jours d’affilés sans changement. Grâce à leur composition, elles ne collent jamais à la peau, et favorisent la réparation des plaies.

Parallèlement, les coquilles en argent Silvercap (en argent pur à 99 pour mille sans alliage) sont intéressantes pour leur vertu anti-inflammatoire. L’argent empêche la prolifération des bactéries et préserve la flore bactérienne naturelle, indispensable au maintien de la santé cutanée. Grâce à leur forme plate, elles ne sont pas des réservoirs à lait. Utiliser des coquilles qui maintiennent le sein dans un état d’humidité permanent favorise l’aggravation de la situation.

 

Souffrir lorsqu’on allaite est impensable.

Premièrement, trouvez la cause du problème. N’hésitez pas à consulter une professionnelle, consultante en allaitement expérimentée. Sans cause, aucune solution ne peut être proposée sainement. Dans de tels cas, une petite douleur peut s’aggraver pour devenir une mastite, un engorgement, un abcès, ou même une infection. L’allaitement, et chaque tétée, doit être un moment agréable.

Les moments avec bébé, lors des mises au sein, sont précieux et doivent être préservés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager ce message


← Message plus ancien Message plus récent →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.